B

Les acteurs de la lutte contre le VIH/Sida :

La Fondation Andrey Rylkov

La Fondation Andrey Rylkov (ARF) est une organisation, basée à Moscou, qui a pour mission de promouvoir une politique d’atténuation de la souffrance et d’amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par la drogue et le VIH en Russie.

 

Andrey Rylkov, dont la fondation a hérité du nom, était un jeune toxicomane et activiste moscovite qui militait contre les stigmates provoqués par la vie dans la rue dans les années 2000. Après plusieurs années de lutte, durant lesquelles il exerça une influence croissante auprès d’autres organisations œuvrant dans le domaine du VIH/sida, Andreï décéda. Avec son départ, en octobre 2006, il passe du rang de leader à celui de symbole. Un symbole d’espoir pour “que les politiques en matière de drogue puissent être humaines et efficaces, que les usagers de drogue ne soient pas punis par la maladie ou la mort, que le système médical puisse bien les traiter, plutôt que de les mutiler, que les forces de l’ordre puissent défendre et protéger, et non pas humilier, battre et voler, et que les personnes touchées par le problème de la drogue disposent de forces et de capacités suffisantes pour se protéger et protéger leurs proches”, explique le site de la fondation avant d’affirmer “c’est ce que nous travaillons à atteindre.”

 

En effet, créée en juin 2009 et officiellement enregistrée le 27 août 2009, la fondation, basée sur la protection de la santé et les droits de l’homme, lutte pour l’instauration d’un traitement de la dépendance aux opioïdes (ST) et fournit des services de réduction des risques aux toxicomanes de Moscou. Cette dernière, avec l’appuie de l’Organisation mondiale de la santé et d’autres agences des Nations Unies, propose des traitements de substitution et des seringues en tant “qu’instruments puissants pour enrayer l’épidémie de VIH et garantir le respect du traitement du VIH et de la tuberculose pour les personnes souffrant d’addiction à la drogue – soit le principal groupe touché par le VIH et la stigmatisation en Russie”, relate le site.

Et ce dans un environnement politiquement difficile. “Le point central de la politique russe en matière de drogue est la tolérance zéro à la consommation de drogue et l’interdiction de toute consommation de drogue, même pour le traitement de la toxicomanie”, a déclaré Mikhail Golichenko, ancien conseiller juridique de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC) en Russie, dans un article du magazine Vice. “Nous sommes dans une situation où les consommateurs de drogues n’ont qu’un choix: cesser de consommer de la drogue et revenir dans la société ou continuer à consommer de la drogue. Dans ce cas, ils vont très vite risquer une mort inévitable due à une overdose, au VIH ou à la tuberculose.” De ce fait, l’ARF se donne également pour mission de surveiller et de signaler les cas de violations du droit à la santé des toxicomanes.

 

Anya Sarang parle dans “Révolution Sida”.

 

Pour en savoir plus ou pour donner à la Fondation Andrey Rylkov, rendez-vous sur le site de la fondation.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

The Andrey Rylkov Foundation (ARF) for Health and Social Justice is an organization, based in Moscow, whose mission is to promote a policy of alleviating suffering and improving the quality of life of those affected by drugs and HIV in Russia.

 

Andrey Rylkov, whose foundation is named after him, was a young drug addict and Moscow activist who campaigned for street-harm reduction in the 2000s. After several years of struggle, becoming increasingly influential with other organizations working on HIV / AIDS, Andrei died. With his death, in October 2006, he moved from leader to symbol. “A symbol of hope that drug policies can be humane and effective, that people should not be punished by sickness and death for drug use, that the medical system can work well to treat rather than maim, that law enforcement agencies can defend and protect, not degrade, beat and rob, and that the people affected by drug problems have sufficient forces and capabilities to protect themselves and their loved ones” explain the website of the foundation before saying “this is what we are working to achieve.”

 

Indeed, created in June 2009 and officially registered on August 27, 2009, the foundation, based on the protection of health and human rights, fights for the introduction of a opioid substitution treatment (ST) and provides harm reduction services to drug users in Moscow. The latter, with the support of the World Health Organization and other UN agencies, offers substitution treatment and needles, as” powerful tools to halt HIV epidemic and ensure due adherence to HIV and tuberculosis treatment for people suffering from drug dependency – the main group affected by HIV and stigma in Russia,” says the site.

And this, in a politically difficult environment. “The core point of the Russian drug policy is zero tolerance to drug use, and to prohibit any drug use even for drug treatment,” says Mikhail Golichenko, a former legal officer at the UN’s Office on Drugs and Crime (UNODC) in Russia, in a Vice’s article. “We’re in a situation where people using drugs have only one choice — either stop using drugs and come back to society, or continue using drugs and this case they will very fast reach an inevitable death from overdose or HIV or tuberculosis.”In consequences, the ARF is also tasked with monitoring and reporting cases of human rights violations. health of drug addicts.

 

Anya Sarang speaks in “AIDS Revolution”.

 

For more information or to donate to the Andrey Rylkov Foundation, visit the Foundation’s website.

LKB

Share